Photo de La baleine à bosse

La baleine à bosse à La Réunion

La baleine la plus répandue dans l’Océan Indien est la baleine à bosse. Ce sont des mammifères marins invertébrés à sang chaud et leur petit nom scientifique est « Megaptera Novaeangliae » que personne ne va retenir. On se souviendra peut-être du nom abrégé de Mégaptère, un peu plus facile à mémoriser.

Elle est connue pour ses sauts intempestifs et fréquents qui laissent apparaître leurs nageoires caudales. Son surnom de baleine à bosse vient d’ailleurs du fait que pendant son saut, sa dorsale se voûte et sa forme fait penser à une bosse.

Cette espèce de baleine fait partie de la famille des cétacés, comme le cachalot et le dauphin par exemple. Sa longévité est d’environ 50 ans. Et qui ne connaît pas la blague « Cétacé dit la baleine, je me cachalot » ?

Dans l’Océan Indien, nous avons la chance de pouvoir observer plusieurs petits groupes de ces mammifères marins : des sortes de rorqual dont le rorqual bleu (baleine bleue) qui peut atteindre 33 mètres de longueur et une longévité record de 110 ans, le grand cachalot, qui malgré son nom ne va mesurer que la moitié, ou encore le Beluga.

Mais la baleine à bosse n’est pas présente que dans cette partie du globe. Sa célèbre nageoire caudale est très connue dans l’hémisphère nord, mais également dans quasiment toutes les mers du monde.

Les 2 préoccupations de la baleine à bosse sont planifiées

Ce cétacé géant n’a que deux préoccupations majeures dans la vie. Se nourrir et se reproduire en toute quiétude, et dans un maximum de confort. Elle va diviser son calendrier annuel en deux : l’été elle va se nourrir et l’hiver se reproduire.

La vie de baleine en Antarctique et dans le monde

La baleine à bosse qui nous rend visite chaque année à La Réunion vit dans l’hémisphère sud en Antarctique à proximité du pôle sud, dans les eaux froides. Elle se nourrit exclusivement pendant cette période. En ingurgitant des quantités industrielles de plancton, de krill et de petits poissons, elle va se constituer une réserve de graisse impressionnante qui va lui permettre de se consacrer exclusivement à sa reproduction dans une seconde période qu’elle passera sous les tropiques !

La population mondiale des baleines à bosse est répartie dans les aires marines suivantes : en été, près des pôles dans les eaux froides, et en hiver elles se rapprochent des côtes des zones tropicales, ce qui correspond à leur période de reproduction.

Une vie en communauté

En mammifère doté d’une certaine intelligence toujours à l’étude, les cris et autres chants qui leurs servent de sonar pour communiquer sous l’eau interrogent les scientifiques. Il a été relevé des chants de baleine identiques à plusieurs endroits de la planète, et au même moment. Ces chants sont émis par les mâles pour attirer l’attention de la femelle pendant la période de reproduction. Pour communiquer entre elles, elles utilisent des sons en eaux profondes notamment pour chasser.

Une technique de pêche digne des humains

Il semblerait que la baleine à bosse utilise une technique de pêche originale. En effet, il a été observé qu’elle emprisonne des bancs de poissons entiers avec des bulles, tels de grands filets de pêche ! Il ne reste plus qu’à ses congénères à faire une razzia. La technique ensuite est simple : la baleine va traverser le banc, avaler une grande quantité d’eau et de poisson. Leur fanon va faire le reste du travail. Servant de filtre géant, le fanon va laisser ressortir l’eau avalée par la baleine, tandis que les poissons pris au piège finiront dans l’estomac de la baleine !

La justicière des mers

Si la baleine à bosse n’a pas de prédateur hormis les baleiniers, elle est très occupée à protéger d’autres espèces marines. On ne sait pas encore exactement pourquoi, mais elle va par exemple intervenir pour sauver un phoque, une otarie, un manchot, éléphant de mer ou autre lion de mer sur la banquise contre les attaques d’orques… . A l’approche d’un autre géant des mers, elle va battre la surface de l’eau avec sa nageoire caudale pour l’impressionner. Certains pensent qu’elle conserve l’habitude d’éloigner les prédateurs qui risquent de mettre en danger leurs petits pendant la période d’accompagnement.

Le voyage de la baleine à bosse dans l’Océan Indien

Le confort, ça se mérite ! La baleine est une espèce migratrice, et pour venir nous rendre visite à La Réunion depuis son lieu de résidence dans l’Antarctique, c’est-à-dire environ 6000 kilomètres, il lui faudra un peu plus d’un mois. Il s’écoulera ensuite plusieurs mois avant qu’elle ne reparte pour s’approvisionner.

La période de reproduction de la baleine à bosse

La période de gestation de la baleine à bosse est de 11 mois. Elles se reproduisent pendant l’hiver austral dans les eaux tièdes de La Réunion, de Madagascar ou Mayotte dans des sanctuaires bien connus pour revenir l’année suivante mettre bas.

Elle va alors se concentrer sur son accouplement, ou sur la naissance et l’éducation de son baleineau. La petite baleine atteindra ensuite sa maturité sexuelle à environ 6 ans. C’est souvent pendant cette période que l’on va entendre le chant des baleines émis par les mâles pour attirer l’attention de la femelle.

Quel est le poids d’une baleine et de son baleineau ?

La baleine à bosse pèse environ 30 tonnes adulte. À la naissance, le baleineau va peser plus d’une tonne pour ensuite prendre environ 80 kilos par jour durant sa croissance. Lorsque l’éducation de la petite baleine sera terminée, environ un an après, son poids sera environ de 11 tonnes.

Saut de baleine devant son ami l’homme

Son attitude pacifique, la facilité pour l’observer et l’approcher, ses sauts spectaculaires en ont fait un des animaux sous-marins les plus sympathiques aux yeux de l’homme. De nombreuses associations s’y sont intéressées et ont pris sa défense face aux activités humaines liées aux profits. Ayant fait partie des espèces menacées dès le milieu des années 60, la baleine à bosse a aujourd’hui la faveur de nombreuses associations scientifiques, et représente un attrait touristique important. Sa queue tachetée unique est utilisée pour répertorier les déplacements des spécimens.

Observation de la baleine à bosse

C’est lors de précédents voyages à Madagascar que j’ai fait ma première rencontre avec une baleine en milieu marin, et cette rencontre est restée gravée dans ma mémoire. Son lieu de sanctuaire pendant la période de reproduction est principalement dans des zones côtières, et une simple embarcation suffit pour leur rendre visite.  Voici quelques conseils :

Quand observer les baleines de La Réunion ?

Les premières baleines arrivent à La Réunion en juillet, peu de temps après les grandes marées. Elles repartent pour un long voyage vers l’Antarctique avec leur baleineau au mois d’octobre.

Dans la journée, la baleine se déplace, éduque et joue avec son petit. Elle va ensuite chercher un endroit calme pour dormir, souvent près des côtes et dans des eaux peu profondes. Au coucher du soleil, si vous repérez une baleine qui est immobile avec son petit, vous la retrouverez au même endroit le lendemain matin à l’aurore. De quoi donner des idées au plongeur matinal !

Comment observer les baleines ?

En bateau : les professionnels connaissent la manière d’approcher les baleines sans les effrayer. Une chose essentielle à savoir pour observer les baleines : ne surtout pas leur couper la route, et de manière générale ne pas se trouver dans leur champ de vision, mais les accompagner dans leur trajectoire. La baleine étant joueuse et pas farouche, il y a de fortes chances pour qu’elle se rapproche de l’embarcation.

De nombreux acteurs du tourisme proposent des safaris baleine à partir du port de plaisance de Saint-Gilles. Vous pourrez embarquer sur des bateaux de capacité diverses et avec un peu de chance, quelques minutes après être sorti du port, vous apercevrez déjà les premières baleines qui souvent élisent domicile près de la côte sous le vent de La Réunion.

En plongée :  Il est possible d’éviter les croisières aux baleines et de se tourner vers les centres de plongée. Si vous voulez voir une baleine en direct, c’est l’idéal ! De nombreux téméraires qui aiment plonger se sont approchés de ces gigantesques créatures à quelques mètres seulement. Il va arriver que la baleine se retourne et se dirige vers vous, quelque fois en émettant un son mais no stress : la baleine n’attaque pas l’homme !

Autres sanctuaires de baleines dans l’Océan Indien

La région de Sainte-Marie à Madagascar est très réputée pour approcher les baleines à bosse. On trouve de plus en plus de groupes d’individus dans le nord-Ouest de Madagascar, lieu de prédilection du requin baleine. C’est à cet endroit qu’à été découvert une espèce de baleine inconnue jusqu’en 2003 : la baleine d’Omura. Appréciant les régions côtières pendant leur période de reproduction, on trouve beaucoup de baleine à Mayotte et aux Comores.

Prendre en photo la baleine à bosse

Prendre une photo de baleine

Il est très difficile de prévoir la sortie de l’eau de la baleine. Si vous avez la chance de voir une baleine sauter, la prendre en photo à ce moment magique nécessite tout d’abord de la chance, mais aussi de la préparation.

Bien souvent vous devrez vous contenter de photographier la dorsale de la baleine, son aileron lorsqu’elle pivote. Avec un peu de chance vous photographierez le rostre et la mandibule du baleineau lorsqu’il sort de l’eau pour prendre sa respiration. Mais pour photographier le museau de la maman baleine, il vous faudra vous mettre à l’eau…

 Voici quelques conseils pour le réglage manuel en priorité vitesse de votre appareil photo Réllex.

Le matériel pour réussir une photo de baleine :

Préférer un appareil Reflex avec objectif interchangeable

Choisissez votre objectif avec le plus grand zoom. Il vous faudra un objectif au minimum de 200mm avec la plus grande ouverture possible pour laisser passer la lumière

Réglage de la vitesse :

Pour éviter la photo floue qui ne vous laissera que des regrets, je vous conseille de régler votre appareil photo en priorité vitesse autour de 1/500ème par beau temps. Vous pourrez descendre à 1/300ème avec peu de luminosité.

Réglage des iso :

Mettez-vous donc en iso auto pour le coup. Il vaut mieux avoir quelques grains sur votre photo, qu’une photo floue inutilisable.

La mise au point :

La baleine est repérée, on sait à peu près dans quelle zone elle se trouve. Avec votre objectif, faite la mise au point automatique, puis débrayez la mise au point en manuel. Lorsque la baleine sortira de l’eau, l’appareil n’aura pas le temps de faire une mise au point en auto, et il sera trop tard !

Une fois la série terminée, revenez en mise au point automatique avant de recommencer.

Et dernière chose : la baleine est un animal sauvage qui évolue dans son milieu naturel, et pour réussir vos images de baleine, il vous faudra avant tout faire preuve de patience !

Contactez nous

Nous sommes à l'écoute de votre projet...

Recherchez un mot ou une expression ici !